itw

Interview de Manuel Salmero (humoriste – Lyon)

Bonjour cher Manuel ! Très content de donner la parole à un talent prometteur !

Bonjour Boris, merci beaucoup de me la donner (la parole).

Tu nous parles de toi, de ton parcours ?

Avec plaisir ! Mon parcours n’est pas très linéaire et peut être présenté sous plusieurs angles. Pour la faire courte, je suis un ancien élève en échec scolaire, devenu ingénieur en mécanique. J’ai découvert le théâtre à l’âge de 15ans, ça a été une révélation, mais je ne me suis pas autorisé à prendre cette voie à l’époque. Je l’ai redécouvert à 21ans à l’école d’ingé et l’ai relaissé de côté jusqu’à renouer avec, à 29ans. Une grosse épreuve de la vie m’a obligé à le laisser de côté pendant 7 mois, et lors d’un échange avec un thérapeute, j’ai réalisé qu’il fallait que je me lance avec mes propres textes dans le stand up (ma passion depuis que j’ai découvert le Jamel Comedy Club en 2006). J’ai remporté la battle du rire du Graines de Star Comedy Club à Villeurbanne en avril 2018. J’ai depuis cette date la chance d’y être résident, donc de pouvoir y jouer plusieurs fois par semaine. C’est la fréquence élevée des représentations ainsi que l’appui du patron de la salle Sid-Ali Benosmane qui m’ont permis de monter un spectacle complet. 

Ton actualité, en quelques mots ?

Je joue mon spectacle ‘En mode Manuel’ une fois par mois pour le moment. Et je joue en moyenne 3 fois par semaine des passages entre 5 et 20 min sur divers plateaux d’humoristes. Notamment la Blue Monday à la Grooverie et la Fornine Comedy au Toï Toï. 

Je suis chroniqueur depuis quelques semaines sur radio Capsao. 

Parle-nous de tes passions, de ce qui te fait vibrer !

Je ne l’ai pas mentionné dans mon parcours, mais j’aime énormément la danse, j’ai fait 5 ans de hip hop et de breakdance dans un groupe en Normandie (ma région natale que j’ai quitté à 21 ans pour mon école d’ingénieur). J’adore également la salsa (que j’ai pratiquée pendant 5 ans), la bachata et le west coast swing. 

Je suis aussi un passionné de cinéma. En prépa, je passais des heures sur Allociné (en mode Wikipedia du cinéma) pour voir quel acteur/actrice avait joué dans tel ou tel film, quel était le réalisateur de tel ou tel film. Et dès que j’avais un moment de libre je visionnais un film culte (Le parrain, les affranchis, Il était une fois en amérique, Raging bull…).

J’aime passer du temps en famille, même si je ne les vois pas souvent à cause de la distance géographique. 

Ton quotidien, ça ressemble à quoi ? Du temps pour toi ?

Eh bien je suis ingénieur et happiness officer dans la journée et humoriste le soir et les weekends. Je m’autorise une pause conséquente le midi pour aller marcher dans la nature (c’est mon moment pour moi). Sinon, je suis au travail, et le soir, j’écris de nouvelles vannes, ou je m’entraine, ou je joue. Je m’autorise une soirée de repos, le samedi dans la journée pour souffler et le dimanche est mon jour sacré ou je ne fais rien du tout !! Je profite de ma femme 😊 et on regarde des séries.

Comment as-tu découvert « Sans Mon Portable » ?

Sur Facebook.

La Digital Detox, ça t’évoque quoi ?

Un jus de citron céleri gingembre ? A prendre tous les matins sur la terrasse face à la nature ?

Si je te dis que mon métier c’est Coach en Digital Detox, tu penses à quoi précisément ?

Que t’as bien réussi ta reconversion et que tu dois être un très bon vendeur 😊. Jaune de Damas, j’ai le même à la maison.  Non plus sérieusement, je pense que ce genre de métier va voir de plus en plus le jour car on ne voit pas la dépendance et l’intoxication arriver.

Quelle est la population la plus addict aux écrans selon toi ? 

Je pense que contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les ados car on les contraint à s’en détacher en classe. Alors que les cadres eux, sont tout le temps dessus.

La meilleure manière de traiter le problème selon toi, qu’est-ce ?

Venez me voir en spectacle ! Pendant 1h30, on ne regarde pas nos téléphones ! Après je dirais que d’avoir des routines avec des moments établis dans la journée où on ne regarde pas son téléphone ça peut aider.

Ton portable est un ami ou  un ennemi ?

Un peu les deux, mais c’est bien plus un ami qu’un ennemi, c’est un outil qui me fait gagner beaucoup de temps. Et je ne le regarde quasi pas du dimanche. Mais il est vrai qu’on devient vite accros aux notifications et c’est parfois un effort quand on le sent vibrer dans sa poche de ne pas interrompre la conversation qu’on est en train d’avoir, même avec un ami.

Il ressemble à quoi ?

C’est un Iphone.

A quel moment apprécies-tu le plus de le lâcher ?

Le soir à 21h quand je me pose devant un film et le dimanche.

Où irais-tu pour te déconnecter, toi ? 

Dans un hôtel spa à Aix les bains 😊. En rando à la montage, à la plage en méditerranée. En balade avec ma femme.

Quels sont tes projets à court terme ?

Basculer complètement sur mon activité d’humoriste.

La dernière version de notre site sansmonportable.com recense « les trésors », les lieux notamment, hôtels, bars, endroits cachés où la déconnexion prend tout son sens. Tu en connais un à nous faire partager ici ?

Oui, la plage de Monaco au Pradet dans le sud.

Sans Mon Portable est à la recherche permanente de visibilité et de partenaires, une idée à nous donner ?

Toutes les associations qui aident les personnes qui ont fait des burnouts ?

Et si nous imaginions un événement ensemble, sur le thème de la déconnexion, tu serais partant ?

Oui !!

A bientôt cher Manuel, donne de tes nouvelles !

A bientôt Boris !

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.