Lunettes-John-Lennon

La Chronique de Nicolas : Avant de toucher le fond

J’aime beaucoup la visualisation positive,
Et je l’utilise intensément.
Je vous prépare d’ailleurs quelque chose là-dessus,
Avant la fin de l’année…

Rien à voir avec la psychologie positive
De Martin Seligman et consorts,
Genre le bonheur se construit,
Comme on construit une voiture,
Ou un mécano,
Ou je ne sais quelle métaphore.

La visualisation positive,
C’est très puissant,
Comme un super-pouvoir,
Si on sait bien l’utiliser.

Mais aujourd’hui,
Je vais inverser les cartes,
Retourner le sablier,
Aller du côté obscur,
Ou je ne sais quelle métaphore, encore.

Ça va être dark, et nous allons,
(Je dis nous parce qu’il y a vous et moi,
Et nos images mentales qui vont jouer),
Faire un petit tour ensemble,
Si vous le voulez bien.

Nous allons imaginer une situation,
Visualiser au fur et à mesure qu’on lit,
Les marketeux appellent ça le mail John Lennon.
Parce que Imagine, m’voyez…

Genre tu peins du rêve,
Pour donner envie à tes lecteurs d’acheter à la fin.
Ils ont un discours qui sonne comme ça :
« Imagine que tu puisses vivre libre, à travailler de chez toi,
Quelques heures par semaine à peine,
Et que tu trouves du plaisir à le faire
Achète mon pack marketing, now please… »

On ne va pas du tout aller dans cette direction.

Là, je vais faire de l’anti-rêve.
Du John Lennon à Liverpool,
Avant qu’il ne soit connu.
Un soir de novembre pluvieux.
Tous les pubs fermés.

Imagine que tu es au bout de ta vie.
Littéralement, pas la métaphore du vendredi soir quand t’es étourdi et que tu titubes de fatigue en implorant un sommeil sans rêve, histoire de faire une trêve dans les trépidations épuisantes de tes journées qui semblent avoir comme finalité un horizon qui recule aussi loin que va nous porter cette trop longue phrase promis j’arrête.
Le vrai bout de ta vie,
Je vous avais prévenu que ce serait dark.
Et là, tu te dis :

Merdre, (oui, merdre, parce qu’à ce moment là, on a le droit de bafouiller).
Pourquoi j’ai pas passé plus de temps sur Facebook ?
Pourquoi je n’ai pas liké quelques milliers de fois de plus ?
Que vont devenir mes abonnés Instagram sans moi ?

De l’anti-visualisation positive, en quelque sorte.
Voir le pire pour toucher un bord, si ce n’est le fond,
Et rebondir dans le flow.

Et c’est là qu’intervient le twist.

Utiliser la visualisation positive en l’inversant,
Se représenter le pire pour se souvenir du meilleur,
Une piqure de rappel qui dit :
Non mais c’est pas possible !
Il y a tant de merveilles qui ne tiendront jamais dans 5 pouces de diagonale,
Je ne vais pas passer le tiers de ma vie contrôlé par des applis,
Juste pour regarder de la pub !

Parce que les Ricains,
Vous savez, ceux qui ont quelques années d’avance sur nous,
De moins en moins, parait-il…
Bein ils en sont à 11h d’écrans par jour.
Ils ont rogné sur leur temps de sommeil,
Ils tentent le mirage du multitâche,
Ils ne voient pas leurs enfants,
(Qui sont accros eux aussi),
Grandir.

Ils ont largement dépassé le tiers, même en maldormant.

Alors,
Contre les Armes de Distractions Passives
Sortons les Outils de Création Active,
Parce qu’on vaut mieux que ça,
Et ce n’est pas un slogan pour Laure et Halles,
Je vous prépare quelque chose là-dessus aussi,
Bientôt

À vendredi !