weapons-of-mass-distraction

La Chronique de Nicolas : Combien on perd au jeu du ni Oui ni Non ?

Bonjour,

C’est sympa le jeu du ni oui ni non, mais ça va bien cinq minutes.

Non, je ne suis pas très content.
Oui, je suis pas loin de l’agacement.

Non, je ne vais pas pouvoir tout lâcher maintenant.
Oui, je vais en garder pour la rentrée.

Oui, on peut râler et rendre cette énergie constructive.
Comme passer des Armes de Distractions Passives aux Outils de Créations Actives

Oui, on peut dénoncer les GAFAM et avoir un Iphone (et un Ipad et un MacBookPro)
Parce que ce ne sont que des outils.
Oui, on peut posséder un marteau et être contre la violence.
Parce que ce n’est qu’un outil,
Aussi.

Oui, on peut vouloir récupérer de l’attention,
Parce que l’attention est notre interface entre nous et le monde.
Et Non, on n’est pas obligé de ressembler à un californien New-Age,
Non, la fleur dans les cheveux n’est pas obligatoire,
Ni la photo de Bouddha et la sculpture du Dalaï-Lama
(Ou l’inverse, je sais plus).

Ni les bâtonnets d’encens,
Ni la natte en bambou,
Ni les bougies parfumées,
Ni le tapis de Yoga,
Ni la tenue de Yoga,
(Et tant mieux d’ailleurs, c’est le genre de fringues qui ne me rendent pas justice).
Je pourrais continuer comme ça dans la description du folklore.

Oui, on peut vouloir être plus présent au monde,
Pas seulement dans la contemplation,

Mais aussi,

Pour mieux se rendre compte de l’avidité :
Des GAFAM (je sais, je les ai déjà cités, mais ils le méritent bien),
Des publicitaires,
Des développeurs d’applications qui nous aspergent de notifications jusque dans nos siestes,
Des régies commerciales gratuites qui se nourrissent de notre temps façon Béla Lugosi.
(Pour ceux qui veulent s’épargner une énième recherche Google, c’est un acteur célèbre pour ses rôles de Vampire).
Allez jeter un coup d’œil quand-même, ça vaut le coup.
C’est que c’est pas si mal, de pouvoir rechercher de la connaissance.

Oui, mais un outil devrait-il voler notre temps ?

Un marteau ne demande pas de répondre à un Captcha*, ne cherche pas à nous tenir en sa compagnie pendant trois heures, ne nous demande pas de prouver que nous sommes bien un humain et ne nous envoie pas de questionnaire de satisfaction par mail.
*Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart (bienvenue dans la néo-poésie façon 1984)

Bon, je m’énerve, j’en oublierais presque mon jeu du ni oui ni non.
Je crois bien que j’ai perdu dès le début, de toute façon.

Autant y aller franco.

Oui, nous pouvons récupérer de l’espace mental, de la sérénité, de la paix d’esprit en utilisant ce à quoi nous sommes confrontés au quotidien.
En nous servant aussi du temps dans les files d’attente ou dans les transports en commun, par exemple,
En nous basant sur nos sens,
En nous servant de notre respiration (un grand classique),
En ralentissant un peu (ou plutôt en retrouvant notre rythme naturel qui n’est pas forcément celui imposé par la file de droite des Escalators…)

Nous verrons tout cela en détail dans une semaine.
Le début d’un cycle.

J’ai hâte de vous y retrouver,
De vos messages, vos retours, nos échanges.

Ça prendra peut-être trois mois.
Mais ya pas moyen de dire Oui à tout. Ni Non à tout d’ailleurs.
Profiter du meilleur de nos outils, notamment technologiques,
Sans nous faire bouffer notre temps.

Allez, je vous laisse,
Je vous en ai déjà assez pris.

Merci de m’avoir lu,
À vendredi.

P.S. : En attendant, vous pouvez aller voir ce lien : https://nicolasdeliau.fr/le-super-pouvoir-du-focus/

P.P.S. : je n’ai rien contre le Yoga, bien au contraire.
C’est juste une approche un peu différente que je propose.

Suite et fin des P.S. :  Si vous aimez cette chronique, vous pouvez la transférer à un(e) ami(e).
Et si on vous a transféré cette chronique, vous pouvez vous abonner ici : www.nicolasdeliau.fr
Je ne partage pas vos infos, pas de spam.
Plutôt danser la lambada (Oh ouiiii !) avec Christine Boutin (Oh noooon…).
Le vertige de l’attention vous nargue ?
J’ai confectionné un petit Pdf,
Quelques pages qui parlent de ce fragile équilibre digital,
Entre ennui et frénésie.
Vous pouvez le télécharger en vous abonnant à ma newsletter.

C’est gratuit,
Ça fait plaisir,
Et vous pouvez même y contribuer ici si vous le souhaitez.