Triceratop

La Chronique de Nicolas : Dans l’espace pour la rentrée ?

Bonjour,

Début septembre nous partirons dans l’espace.
Pas comme Bezos et Branson.
(C’est un réflexe, les gens que je ne porte pas dans mon cœur, je les appelle par leur nom de famille)

Partir dans l’espace ?
Oui, mais,

Sans cramer l’équivalent de vingt mille 4×4 diesel à la minute pour 30 secondes d’apesanteur pour pouvoir dire : j’y étais.
Même si ces deux routards galactiques auront le plaisir de faire taire le plus convaincu des platistes au passage.
Oui, parce que certains pensent que la terre est plate. Les platistes, donc.

D’autres (les créationnistes) pensent que la terre a 6000 ans et que les millions de fossiles de dinosaures sont des facéties divines,
Juste pour nous mettre le doute et éprouver notre foi.
D’ailleurs si vous croisez un créationniste à un cocktail,
La meilleure des choses à faire :

C’est l’attirer dans un coin calme,
Lui faire deux trois confidences, en lui tapant sur l’épaule, pour gagner sa confiance,
S’approcher de lui d’un air complice,
Puis lui susurrer à l’oreille :

« Et les tricératops ? »
Il ne reste plus qu’à entamer sereinement le dialogue.

Une discussion sur les tricératops est toujours de bon aloi avec un créationniste.
On est pas là pour se moquer,
Mais si on peut rigoler un peu…

Au fait, les platistes qui ont des adeptes tout autour du globe et les créationnistes qui ont des doutes sur le carbone 14, inutile de m’envoyer un message pour me convaincre,
On gagnera du temps.

Des dinosaures ? Des horizons vraiment horizontaux ? Des milliardaires qui font mumuse avec leur Karma ?
Non !
À la rentrée ?

Il ne s’agira pas de l’histoire de la terre.
Il ne s’agira pas de la forme de la terre.
Il ne s’agira pas de tourisme de l’espace autour de la terre.
Mais il sera tout de même question d’espace.

Plus précisément d’espace mental.

Vous savez, le truc dont nous avons grandement besoin,
Genre quand même vachement lié à la paix d’esprit,
À la sérénité,
À l’apaisement,
Au bien-être,

Afin d’éviter de péter les plombs
Afin d’éviter de devoir se taper un Burn-out pour sursauter,
Surtout qu’on a pas tous besoin qu’une bascule existentielle se fasse dans la douleur.

D’espace mental, donc.
Car c’est important, l’espace dont nous disposons.

Parce qu’on est beaucoup mieux à 2, 3, 4 ou 5 dans 60 m2,
Que si on est 50 pour la même superficie, par exemple.
Que ce soit pour s’allonger, écarter les bras, danser ou s’aimer.

Et j’ai la faiblesse de croire que pour nos pensées c’est pareil.

Elles ont besoin d’espace plutôt que d’être contraintes à vivre un pogo permanent.

Pour l’instant je fais court.
Je vous raconterai tout ça dans 2 vendredis.
Il y en a qui connaissent déjà un peu le principe.
Ils ont déjà vu la pièce ou lu le livre.
On ira beaucoup plus loin cette fois-ci, jusqu’à la fin de l’année.
Pour s’alléger, pour s’allonger, écarter les bras, danser ou s’aimer.

Je crois que nous en avons bien besoin.

Renault (les bagnoles, pas l’ex-chanteur) disait :
(Et je ne sais pas si Séguéla est impliqué dans ce slogan…)
Ils ont d’ailleurs bien pris ça au mot, Bezos et Branson :

« Et si le vrai luxe c’était l’espace? »

Je crois qu’il y a véritablement moyen de réinterpréter cette phrase (et que ce soit beaucoup plus utile à beaucoup plus de monde.)
Allez, je vous laisse avec une citation de Tim Wu, je vais ranger un peu.

« Dans le siècle qui vient, la ressource la plus vitale pour notre préservation et notre protection sera notre attention et notre espace mental. »

À vendredi,
Nicolas

P.S. : C’est la trentième chronique. Merci pour tous vos retours.
Pour revenir à la citation de Tim Wu, à propos d’attention,
Il est temps que je vous parle de la formation en ligne que j’ai lancée il y a quelques semaines.

En attendant, vous pouvez aller voir ce lien : https://nicolasdeliau.fr/le-super-pouvoir-du-focus/

P.P.S. : je n’ai rien contre le Yoga, bien au contraire.
C’est juste une approche un peu différente que je propose.

Suite et fin des P.S. :  Si vous aimez cette chronique, vous pouvez la transférer à un(e) ami(e).
Et si on vous a transféré cette chronique, vous pouvez vous abonner ici : www.nicolasdeliau.fr
Je ne partage pas vos infos, pas de spam.
Plutôt danser la lambada (dans l’espace) avec Christine Boutin (en robe cocktail).
Le vertige de l’attention vous nargue ?
J’ai confectionné un petit Pdf,
Quelques pages qui parlent de ce fragile équilibre digital,
Entre ennui et frénésie.
Vous pouvez le télécharger en vous abonnant à ma newsletter.

C’est gratuit,
Ça fait plaisir,
Et vous pouvez même y contribuer ici si vous le souhaitez.

contact@nicolasdeliau.fr