Sylvie

Interview de Sylvie Dieu Osika (Pédiatre – Rosny-sous-Bois)

Bonjour Chère Sylvie ! Très content de pouvoir donner la parole à une Pédiatre.

Bonjour à tous, avec plaisir

Nous nous sommes rencontrés aux Assises de l’Attention à Paris, le WE dernier. Qu’en as-tu pensé ?

Première réunion de 12 associations souhaitant informer avec ces différents point de vue et méthodes sur la problématique de la captation de notre attention par les écrans. Grand succès où toutes les sensibilités ont pu échanger. J’ai rencontré des professionnels de tout horizon. C’était très intéressant.

Qu’est-ce qui t’a particulièrement interpelé ou intéressé ?

La diversité des intervenants et des professionnels qui sont venus y assister. Le franc succès de ces assises (on a dû clôturer les inscriptions très tôt et plus de 80 personnes étaient sur liste d’attente). La captation de notre attention concerne tout le monde et ce succès montre combien nous avons besoin d’être informés et de débattre sur le sujet.

Tu nous parles de toi, de ton parcours ?

Je suis pédiatre, j’exerce depuis plus de 30 ans en libéral et à l’hôpital APHP, dans le 93, où j’ai des contacts avec des populations d’origine diverse. Je suis mère de 5 enfants et mariée à un pédiatre. Les enfants sont au cœur de mes préoccupations. L’apparition des écrans nomades, la pléthore de programmes et la possibilité de télécharger n’importe où, n’importe quand ont modifié l’univers des familles. L’impact des écrans est donc un sujet que j’aborde lors de toutes mes consultations pour conseiller au mieux les familles.

Ton actualité, en quelques mots ?

Avec le collectif CoSE, j’essaie de faire passer ces conseils au plus grand nombre. Nous interpellons de plus en plus les médias (radio, journaux, télévision …) pour que la voix de professionnels sans conflit d’intérêt comme nous soit entendu auprès des décideurs. La tâche est rude. De nombreux autres « experts » brouillent les messages mais ils n’ont sans doute pas les mêmes préoccupations que nous … J’interviens aussi auprès des écoles de tous niveaux où les parents d’élèves sont demandeurs de conseils.

Parle-nous de tes passions, de tes centres d’intérêt à part ton métier.

Ma famille, la nature, la mer, la montagne ; j’adore marcher et regarder au loin ! Partager notamment en cuisine, en bon vin, en bon film, en bonne musique et jouer (jeux de société mais assez peu les jeux vidéos je dois dire …)

Ton quotidien, ça ressemble à quoi ? Du temps pour toi ?

Je suis hyperactive au dire de mon entourage, donc je suis dans le faire et le temps pour « moi » est du temps avec les autres. Mon quotidien oscille donc entre le soin des enfants, ma famille en partageant des tas d’activités variées dont les écrans !

La Digital Detox, ça t’évoque quoi ?

Pour l’instant je n’y pense pas ; c’est ceux qui m’entourent « en vrai » qui sont le plus important et le plus souvent « en vrai » auprès de moi.

Si je te dis que mon métier c’est Coach en Digital Detox, tu l’imagines comment précisément ? 

Probablement comme j’en parle aux parents : vous adulte qu’elle est votre utilisation des écrans ? Quelles autres activités avez-vous lâché ? Vous préservez-vous des moments sans écran  notamment les repas ? Mais Il faudra sûrement qu’on en parle …

Quelle est la population la plus addict aux écrans selon toi, et pourquoi ? 

Classiquement les adolescents, mais tous les âges sont concernés même les petits si les mauvaises habitudes s’installent : trop de temps sur les écrans au dépend de toutes les autres activités essentielles. On a besoin du regard de l’autre, on a besoin d’attachement qui passe avant tout par le regard.

J’ai lu cet été avec grand intérêt ton ouvrage « Les Ecrans – Mode d’emploi pour une utilisation raisonnée en famille ». Rassure-nous, il rencontre un vrai succès ?

Je dois dire que je ne sais pas trop ! Évidemment que j’aimerai qu’il ait du succès mais pas pour le succès mais pour ce que j’y ai écrit avec mon mari : d’abord on l’a voulu accessible à tous (4.9euros), facile à lire, pratique, non culpabilisant et le plus proche possible des préoccupations quotidiennes des parents.

Et si tu devais donner envie à notre public de le lire, que dirais-tu en quelques mots ?

Si vous côtoyez des enfants (parents, famille, professionnellement …) lisez-le ! A moins de vivre sur une autre planète, les enfants sont tous au contact du monde numérique et les adultes qui les côtoient doivent avoir des repères pour les aider au mieux à vivre en harmonie avec. Les 10 clés proposées sont réalisables, pratiques et éprouvées. Ces 10 clés donnent des bases, on peut compléter cette sensibilisation  par des livres comme ceux de Sabine Duflo, Karine Mauvilly, Michel Desmurget, Bruno Patino ou Alessandro Baricco …

Ton portable à toi, c’est un ami, un ennemi ?

C’est encore un ami pour le moment ; je ne l’ai pas à table, pas dans ma chambre ; je le consulte selon le temps mesuré moins de 2 heures par jour ; cela me semble raisonnable. C’est un outil génial dont je ne souhaite pas me passer mais pour lequel il faut mettre des limites… on en revient toujours à ces règles (les 10 clés) que je partage avec les parents et que j’essaie d’appliquer

Il ressemble à quoi ?

A un portable … noir 

A quel moment apprécies-tu le plus de le lâcher ?

Quand je suis dans la nature, le nez au vent.

Ta recette à toi, pour ta déconnexion personnelle ? 

Sortir, lever les yeux, regarder autour de soi voire être aux aguets … il se passe beaucoup plus de choses qu’on croit quand on prend le temps de regarder, nos sens s’éveillent, on regarde et on écoute vraiment !

Quels sont tes projets à court terme ?

J’ai écrit chez Hatier encore avec mon mari … encore … un livre sur le sommeil à paraitre prochainement. 

Et puis bien sur toujours me faire entendre avec CoSE pour protéger les enfants des méfaits d’une exposition inadaptée (en contenu et en temps) ; trop de personnes qui défendent d’autres intérêts que les enfants sont présentées comme experts et sont entendus par « les décideurs, les rapporteurs ». Les enjeux financiers sont majeurs, j’ai appris à être moins naïve … J’ai l’impression que CoSE et d’autres associations comme nous vivent les « avants » du scandale du tabac, de l’alcool, du médiator. Les enfants ne meurent pas bien sûr mais leur petite lumière magique s’éteint et les séquelles sont parfois irréversibles … Il faut rappeler que les bébés dés quelques mois peuvent passer des heures devant l’écran, que des images violentes, inadaptées sont visibles à tout moment, que l’accès à la pornographie est libre ; donner un portable à son enfant sans contrôle parental c’est comme lui laisser la possibilité de rentrer dans un sex shop ou de regarder n’importe quoi … Beaucoup de parents n’ont pas encore cette notion.

La dernière version de notre site sansmonportable.com recense « les trésors », les lieux notamment, hôtels, bars, endroits cachés où la déconnexion prend tout son sens. Tu en connais un à nous faire partager ici ?

Je déconnecte en mangeant comme je l’ai dit et en buvant aussi, je dirais donc chez moi mais ça va pas être possible …  alors si besoin j’irai sur ton site.

Sans Mon Portable est à la recherche permanente de visibilité et de partenaires, une idée à nous donner ?

Je cherche aussi.

Et si nous imaginions un événement ensemble, une conférence par exemple, à destination des parents, tu serais partante ?

Toujours, j’adore échanger avec les parents mais parfois le temps me manque … les journées font toujours 24 h …

A bientôt chère Sylvie, donne de tes nouvelles !

Merci, avec plaisir.

Et à tous, si vous êtes sensibles à mes préoccupations, soutenez le collectif CoSE en adhérant à la charte sur le site surexpositionecrans.org